Au Tribunal Judiciaire d’Avignon, des collégiens dans la cour des grands.

Dans le cadre d’un partenariat avec la MJD-ville d’Avignon, des élèves de 4ème de l’établissement Anselme Mathieu se sont préparés pendant plusieurs semaines à reconstituer deux audiences devant le Tribunal Judiciaire d’Avignon. Une façon pour eux de mieux comprendre le fonctionnement de la justice et ses décisions.

 

Photo d’illustration d’un procès-fictif organisé au Tribunal Judiciaire d’Avignon

 

Après plusieurs semaines de préparation, des élèves de 4ème présenteront leurs « procès fictifs » ce vendredi 25 mars après-midi au Palais de Justice d’Avignon en salle Justinien.

Ces faux procès seront joués par des élèves qui occuperont les rôles de toutes les parties d’un procès correctionnel: Président, juges assesseurs, magistrat du parquet, avocat de la partie civile, avocat de la défense, prévenu, victime, partie civile, témoins, jurés, experts, huissier de justice ….

Les thématiques qui seront abordées ont été choisies par les élèves eux-mêmes. Inspirés par les audiences auxquelles ils ont assisté en février au Tribunal Judiciaire d’Avignon, les collégiens ont retenu les rôles suivants pour les procès-fictifs du 25 mars prochain :

-vol avec violence avec utilisation d’arme blanche

-détention de stupéfiants, violence sur personne dépositaire de l’autorité publique et rébellion

La concrétisation de ces procès-fictifs, exercices à la conception et à la mise en œuvre complexes, sont le résultat d’un partenariat efficient entre l’établissement Anselme Mathieu, la MJD d’Avignon et le Conseil Départemental de l’Accès au Droit de Vaucluse.

Pour rappel, la maison de la justice et du droit (MJD) assure une présence judiciaire de proximité et concoure à la prévention de la délinquance, à l’aide aux victimes et à l’accès au droit. Les mesures alternatives de traitement pénal et les actions tendant à la résolution amiable des conflits peuvent y prendre place.

Ce projet mené conjointement permettra aux jeunes de découvrir les métiers du droit et le fonctionnement d’un tribunal mais également le déroulé d’un procès, dont ils ont trop souvent une image biaisée véhiculée par les séries télévisées.

DÉFINITION DU CDAD de VAUCLUSE

Le Conseil Départemental de l’Accès au Droit (CDAD) est un Groupement d’Intérêt Public (GIP), présidé par le Président du Tribunal Judiciaire du chef-lieu du département.

Convention constitutive du CDAD de Vaucluse en date du 10 juillet 2000, renouvelée le 21 novembre 2013 et modifiée par avenant le 6 octobre 2017 pour mise en conformité avec les évolutions législatives et réglementaires.

Le CDAD définit la politique d’accès au droit dans le département, met en mouvement, pilote et coordonne les actions correspondantes.

Ses missions sont les suivantes : informer le public des dispositifs d’accès au droit existants, évaluer leur qualité et leur efficacité quand il leur apporte son concours, identifier les besoins du territoire en matière d’accès au droit et y répondre par de nouvelles actions et impulser les actions de ses partenaires.

Le CDAD a pour vocation d’être sur le département un lieu de référence pour l’accès au droit pour les jeunes, et de concourir à l’établissement d’un réseau pour mutualiser les compétences des différents acteurs qui interviennent auprès des jeunes, afin d’assurer une cohérence et une continuité dans la réponse à leurs demandes juridiques.

Les actions du CDAD s’articulent avec les dispositifs déjà existants pour constituer un réseau spécialisé dans le domaine de l’accès au droit des jeunes.

Les actions ont notamment pour objectif de permettre aux jeunes de prendre conscience de la place du droit dans leur quotidien et dans leurs rapports avec autrui et visent également à prévenir le décrochage scolaire et la délinquance.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn